Rapport “L’’application du décret “son” dans les festivals”

Contexte

Depuis la parution du décret 2017-1244 du 7 août 2017, dit décret «Son», AGI-SON a alerté sur les difficultés techniques d’application de la réglementation et tout particulièrement pour le plein air. Si une nécessaire prise en compte du territoire et de l’environnement sur lequel un festival s’implante s’impose, il est à noter que les niveaux d’émergences demandés par la réglementation sont extrêmement contraignants, voire intenables pour les événements intra urbains.
Par ailleurs, les périodes de confinements de la crise sanitaire et la densité de la reprise des activités de plein airfonct ont exacerbé les demandes de tranquillité des riverains. Nous sommes tous riverains avec des degrés différents d’acceptation du bruit. L’enjeu de cette reprise est donc de trouver le bon compromis pour assurer la vitalité du spectacle vivant musical tout en respectant les conditions du vivre ensemble.
C’est un chantier d’envergure qui s’ouvre dont les perspectives ne seront pertinentes qu’après constat des fonctionnements actuels, des degrés d’adaptations possibles qu’ils soient techniques, artistiques ou organisationnels.
C’est dans cet état d’esprit qu’AGI-SON et le festival Marsatac ont décidé de collaborer sur l’édition 2022.

En octobre 2021, la direction du festival Marsatac a reçu un courrier émanant d’un avocat agissant au titre d’un collectif de riverains, demandant le respect du décret 2017-1244 du 7 août 2017, dit décret «Son», notamment en matière d’impact environnemental. Le courrier demandait à pouvoir accéder à l’étude d’impact des nuisances sonores (EINS).
Le maire d’arrondissement soutient cette action des riverains ayant lui-même été interpelé par les comités de quartier.

Chargeur En cours de chargement…
Logo EAD Cela prend trop de temps ?

Recharger Recharger le document
| Ouvert Ouvrir dans un nouvel onglet

Télécharger [528.69 KB]

musiquesactuelles